Techniques d'anesthésie 
choisies avec l'anesthésiste en consultation

L'Anesthésie générale

L'anesthésie générale, administrée par voie intraveineuse ou par inhalation (masque), permet de réaliser le geste chirurgical pendant que vous dormez confortablement.

L'anesthésie loco-régionale:

Elle consiste à injecter un produit anesthésiant à proximité du ou des nerfs responsables des sensations dans la zone que l'on veut opérer. Cette injection est guidée par un échographe et sa proximité avec le nerf évaluée par une ministimulation électrique. Cette technique peut-être utilisée pour le traitement des douleurs chroniques  (voir plus bas). La péridurale est aussi une anesthésie loco-régionale. Là le produit est injecté seul ou par l'intermédiaire d'un petit tuyau de plastique (cathéter), ce qui permet la prise en charge durable de la douleur (obstétricale, post chirurgicale ou chronique) ou de la chirurgie selon que le produit injecté est plus ou moins concentré. Au cours de ce type d'anesthésie vous restez conscients et vous pouvez écouter votre musique si vous le souhaitez, on peut aussi vous faire dormir durant l'anesthésie pour votre confort.

L'anesthésie locale pure ou potentialisée:

L'anesthésie locale consiste à infiltrer la zone que l'on veut endormir avec un produit anesthésiant, comme chez le dentiste par exemple. Elle ne s'adresse donc qu'à de la chirurgie superficielle. L'anesthésie locale est parfois potentialisée par un produit qui diminue la douleur et qui assure une relaxation (locale potentialisée).

L'hypnosédation:

La plupart d'entre nous a déjà expérimenté la transe hypnotique sans le savoir: Par exemple quand on lit un livre et que l'on se retrouve dans le monde imaginaire décrit par le livre, ou bien au volant quand on conduit en pensant à autre chose et que l'on est surpris de se retrouver arrivé. Au bloc, l'hypnose permet une relaxation très importante et augmente la tolérance à la douleur. Par ailleurs, elle assure un confort et des suites plus agréables. À tout moment, il est possible de compléter l’hypnose par de minimes quantités de médicaments destinés à lutter contre l’inconfort et/ou à augmenter la relaxation, c’est ce qu’on appelle l'hypnosédation. Et, si cette technique d’hypnosédation s’avérait insuffisante, l’anesthésiste est là pour réaliser une anesthésie générale.  Il n'y a pas besoin de passer en salle de réveil, la reprise de l'alimentation est possible sans attendre et la sortie de la clinique est raccourcie. Toutes les interventions ne sont pas réalisables sous hypnosédation.
Si vous désirez une hypnosédation, parlez-en avec votre chirurgien et avec votre anesthésiste au moment de la consultation.
Pour en savoir plus sur l'hypnosédation : lien

La pose de chambre implantable:

Dans le cas de traitement très longs (plusieurs mois) ou toxiques pour les veines (chimiothérapie), on propose la pose d'une capsule sous-cutanée en plastique. Cette capsule ou chambre est reliée à un gros vaisseau (veine cave) par un tuyau (cathéter). On peut donc injecter directement dans un gros vaisseau à travers la peau dans les chambre implantée, ce qui évite d'abîmer les veines des bras qui seraient trop souvent ponctionnées.  

Infiltration Antalgique.

Indiquée en cas de pathologie de la colonne vertébrale (hernie discale, arthrose, canal étroit..). 

Elle apporte un soulagement rapide et permet la rééducation. 

Elle est un préalable ou une alternative à la chirurgie. 

Elle nécessite une brève hospitalisation (24h).